Gens du voyage

Entre 1926 et 1973, les responsables de «l’Œuvre des enfants de la grand-route» ont retiré environ 600 enfants à leurs familles. Il s’agissait d’enfants de gens du voyage, notamment des Yéniches. L’objectif de «l’Œuvre», créée au sein de la fondation Pro Juventute, était en définitive la destruction du mode de vie des gens du voyage. Les enfants de ce groupe de population devaient être éduqués de manière à devenir des individus «sédentaires» et «utiles». Des centaines de personnes ont enduré d’indicibles souffrances en raison de ces mesures de coercition à des fins d’assistance. Les enfants retirés étaient le plus souvent placés dans des foyers et des institutions où ils ont souvent subi mauvais traitements et humiliations. L’initiative sur la réparation englobe les victimes de mesures de coercition à des fins d’assistance qui, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, n’ont reçu aucune réparation raisonnable de la fondation chargée de la réparation pour les «enfants de la grand-route».

Grossried, Beat (2012): „Das war haarsträubend“ (Beobachter 10/2012).

Signer l'initiative

Télécharger la feuille de signatures
L’initiative s'est achevée avec succès. Depuis le mois de janvier 2017, la «Loi fédérale sur les mesures de coercition à des fins d’assistance et les placements extrafamiliaux antérieurs à 1981 (LMCFA)» est en vigueur.

Le formulaire pour demander une contribution de solidarité ainsi que d’autres informations utiles peuvent être consultés sous www.fszm.ch

S’abonner à la newsletter