Bernadette Gächter

stérilisée de force

Bernadette Gächter, née en 1954, a été placée dans une famille d’accueil de stricte obédience catholique de St-Margrethen lorsqu’elle était petit enfant. À sept ans, ses parents nourriciers ont eu des doutes sur ses aptitudes mentales et l’ont fait examiner par un psychiatre. Celui-ci a diagnostiqué un «psycho-syndrome organique cérébral infantile» (aujourd’hui connu sous le nom de trouble déficitaire de l’attention TDA) chez la fillette. À 18 ans, Bernadette Gächter est tombée enceinte, ce qui a déclenché un scandale dans sa famille d’accueil à la suite duquel le tuteur, le prêtre et le médecin de famille ont réagi. Ce dernier a conclu, dans un rapport d’expertise rédigé à l’attention de la clinique psychiatrique de Wil, qu’avec ses «prédispositions anormales», Bernadette Gächter n’était pas en mesure d’élever un enfant et a recommandé, en plus d’un avortement, la stérilisation de la jeune femme. La famille d’accueil, le médecin de famille et le directeur de la clinique l’ont soumise à une telle pression que Bernadette Gächter a fini par donner son accord pour l’intervention. Plus tard, elle a tenté sans succès d’annuler les effets de la stérilisation en subissant deux opérations. Bernadette Gächter n’a jamais pu avoir d’enfant.

Rohner, Markus (2006): Im Namen des Anstands sterilisiert (NZZ vom 1. Oktober 2006).