Victimes d’adoptions forcées

Jusque dans les années 1970, d’innombrables nouveau-nés ont été séparés de leurs mères célibataires par les autorités de tutelle. Parce que ces femmes venaient de milieux pauvres, menaient prétendument une «vie libertine» ou parce que leurs compagnons étaient alcooliques ou considérés comme «paresseux». Les mères étaient souvent soumises à des pressions si fortes qu’elles «donnaient» leurs nouveau-nés en adoption. Dans de tels cas, on parle d’adoption forcée. Compte tenu de la législation sur l’adoption en vigueur, il est pratiquement impossible, pour les victimes de ces adoptions sous contrainte, de retrouver leurs enfants. Les autorités ne font rien pour aider les mères à rechercher leurs enfants.

Hostettler, Otto; Föhn, Markus (2012): Gebt mir mein Kind zurück (Beobachter 25/2012).